Varicelle, zona et grossesse - Institut Pasteur Access content directly
Journal Articles La Presse Médicale Year : 2014

Varicelle, zona et grossesse

[Varicella-zoster virus and pregnancy].

Abstract

The incidence of varicella is low in pregnant women, and estimated around 1/1000 pregnancies. Vaccination is the cornerstone of prevention, but is contraindicated during pregnancy. Varicella is more severe in pregnant women. The risk of viral pneumonia is not increased, but VZV-associated pneumonia is usually more severe in pregnant women. Infection between 0-20 WG is associated with a 2 % risk of congenital varicella syndrome. Infection between D-5 and D+2 of delivery is associated with high risk of severe neonatal infection. Non-immune pregnant women with significant exposure to VZV require post-exposure prophylaxis with specific anti-VZV immunoglobulins that should be administered ideally within 4 days post-exposure and maximum within 10 days of exposure. Anti-VZV immunoglobulins are available in France in the context of an approved expanded access to an investigational new drug. Pregnant women with varicella should receive within 24 hours antiviral treatment based either on valaciclovir or, in case of severe infection, intravenous aciclovir. Both drugs were shown safe during pregnancy, even during the first trimester. Neonates born from mothers who developed varicella between D-5 and D+2 of delivery should also receive as soon as possible specific anti-VZV immunoglobulins.
L’incidence de la varicelle chez la femme enceinte est faible : moins de 1 grossesse/1000. La prévention de l’infection passe par la vaccination. Le vaccin vivant atténué est contre-indiqué chez la femme enceinte. La vaccination est donc recommandée pour les femmes en âge de procréer n’ayant pas d’antécédent clinique de varicelle, après un test négatif de grossesse et sous couvert d’une contraception efficace de trois mois après chaque dose de vaccin. Les femmes enceintes n’ont pas de risque accru de pneumopathie au cours de la varicelle par rapport à la population adulte, en revanche ces pneumopathies sont volontiers plus sévères. L’infection maternelle entre 0 et 20 SA expose l’enfant à un risque faible d’embryo-fœtopathie (1 à 2 %). L’infection maternelle entre j-5 et j + 2 par rapport à la date de l’accouchement expose l’enfant à un risque majeur de varicelle néonatale grave. Les femmes enceintes non immunes exposées au VZV (contact familial, contact face à face > 5 minutes ou dans une même pièce > 1 heure) doivent recevoir des immunoglobulines spécifiques anti-VZV, idéalement dans les 4 jours suivant le contage, et au maximum dans les 10 jours suivant le contage. Ces immunoglobulines sont disponibles en autorisation temporaire d’utilisation. Les femmes enceintes développant une varicelle doivent recevoir dans les 24 heures un traitement par valaciclovir (aciclovir IV en cas de forme grave) : ces antiviraux sont autorisés et considérés comme non tératogènes à tout terme de la grossesse. Les nouveau-nés dont la mère développe une éruption varicelleuse entre j-5 et j + 2 par rapport à la date de l’accouchement doivent également recevoir des immunoglobulines spécifiques anti-VZV le plus précocement possible.
No file

Dates and versions

pasteur-02454275 , version 1 (24-01-2020)

Identifiers

Cite

Caroline Charlier, Delphine Le Mercier, Laurent J. Salomon, Yves Ville, Elsa Kermorvant-Duchemin, et al.. Varicelle, zona et grossesse. La Presse Médicale, 2014, 43 (6 Part 1), pp.665-675. ⟨10.1016/j.lpm.2014.04.001⟩. ⟨pasteur-02454275⟩
975 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More