First reported case of intraocular Gnathostoma spinigerum in Cambodia - Institut Pasteur Access content directly
Journal Articles Bulletin de la Société de pathologie exotique Year : 2015

First reported case of intraocular Gnathostoma spinigerum in Cambodia

Premier cas de gnathostomose intra-oculaire à Gnathostoma spinigerum, diagnostiqué au Cambodge

Abstract

A live intraocular nematode was identified from a 37 year-old man presented with iritis, pain, redness, lacrimation, swelling, vision loss and intermittent blindness during many hours per day of the left eye. By using slit lamp examination, a worm was removed from iris in an ophthalmology outpatient department setting and sent to the Medical Microbiology Laboratory, Institut Pasteur du Cambodge. Gnathostoma spinigerum was identified, based on its typical morphology via microscopic examination. Based on our diagnosis, the patient was treated by oral albendazole and responded well to this therapy.
La gnathostomose est une helminthose tropicale animale due à un nématode du genre Gnathostoma. Ce genre comprend plusieurs espèces, dont la plus répandue est Gnathostoma spinigerum. Le cycle parasitaire est complexe et comporte au moins 3 hôtes avec la possibilité d’hôtes paraténiques. Le premier hôte intermédiaire est un crustacé (cyclops), le deuxième un poisson d’eau douce ou un batracien, tous les vertébrés peuvent être hôte paraténique, en particulier le porc et les oiseaux. L’Homme se contamine en consommant la chair crue ou peu cuite des hôtes intermédiaires ou paraténiques. Le plus souvent il s’agit de poissons d’eau douce, de porcs, mais aussi d’autres hôtes intermédiaires (serpents, anguilles…) contenant la larve infestante au troisième stade (L3). La contamination par pénétration transcutanée des larves L3 est possible, le temps moyen de pénétration étant de 30 minutes avec un minimum de 6 minutes. Chez l’Homme comme chez les hôtes paraténiques le cycle est bloqué, c’est une impasse parasitaire: la larve L3 « erre » dans les tissus, responsable d’un syndrome de larva migrans cutanée et/ou viscérale. Nous rapportons le premier cas documenté de gnathostomose intra-oculaire survenu au Cambodge. Il s’agit d’un homme de 37 ans présentant des épisodes de cécité de l’oeil gauche, avec douleurs, iritis, larmoiement et oedème. L’examen à la lampe à fente a permis de mettre en évidence une larve de nématode, dont l’aspect était très évocateur de Gnathostoma spinigerum: tête typique en forme d’ampoule avec cinq rangées de petits crochets et fines épines cuticulaires sur sa surface corporelle. La mise en évidence de la larve a permis de faire le diagnostic de certitude. Lorsque la larve n’est pas identifiée, le diagnostic repose le plus souvent sur un faisceau d’arguments épidémiologiques, cliniques et biologiques (hyperéosinophilie, sérodiagnostic positif). Il s’agit du premier cas intraoculaire signalé au Cambodge. Cette pathologie ne doit pas être ignorée car la gnathostomose est une des causes de méningo-encéphalite à éosinophiles. Avant l’utilisation des antiparasitaires, l’atteinte neurologique était compliquée d’une létalité atteignant 25 % et de séquelles à long terme dans 30 % des cas.
No file

Dates and versions

pasteur-01739373 , version 1 (21-03-2018)

Identifiers

Cite

S. Hem, A. Tarantola, R. Chheang, P. Nop, Alexandra Kerléguer. First reported case of intraocular Gnathostoma spinigerum in Cambodia. Bulletin de la Société de pathologie exotique , 2015, 108 (5), pp.312 - 315. ⟨10.1007/s13149-015-0453-2⟩. ⟨pasteur-01739373⟩
48 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More